Bivouac au dessus du lac de Campana (65)

par WALLEZ Jérôme
0 commentaire

J’avais imaginé faire de la photo de la voie lactée depuis les sommets.

J’ai regardé la météo et la nuit de vendredi à samedi me paraissait favorable. Même si c’était quasiment la pleine lune, je me suis dit que ce serait quand même chouette.

J’ai donc repéré une vallée proche du pic du midi, car le lieu est une réserve de ciel étoilé. Le départ se fait depuis un virage avant l’arrivée finale sur la Mongie et qui attire les randonneurs en ski et en raquettes l’hiver. J’ai aussi repéré un refuge (refuge de Campana) avec une série de lac pour y accéder.

Vue sur l’est du Pic du midi

La route entre Bagnères de Bigorre et le Tourmalet l’été, je ne connaissais pas….. ils devraient faire des pistes cyclables.

La quantité de vélos et de motos viennent se rajouter aux véhicules qui montent…c’est dangereux. En doublant en montée, un cycliste arrivant en face à 60 km/h me traite d’enc….. car j’ai du passer un peu près. Je prends acte, ils sont aussi en descente ces cons.

Le virage du départ est bondé, impossible de me garer. Je suis contraint de faire demi-tour ( en essayant de pas me manger un cycliste) et me gare à Artigues : 200m de dénivelés en plus (sic).

La montée en pleine chaleur est épuisante, j’ai pris le matériel photo (6dmark2 +17-40L+50mm 1.4+100mm 2.8) et de quoi dormir ( poids du sac au retour : 12.2kg)

Après un ressaut, des vautours tournent au dessus de la montagne et une bonne dizaine de rapaces sont posés a 100m au dessus du chemin. Je pose le sac et grimpe avec ma plus longue focale. Les vautours quittent leur proie effrayés par deux bergers et leur chien qui arrivent d’une sente au dessus de moi sur les lieux du crime.

Ils ne peuvent que constater la brebis morte depuis peu. Ils me disent que les vautours sont affamés et qu’il suffit d’attendre et que d’ici cinq minutes les vautours vont revenir.

ils soupçonnent les vautours d’effrayer les brebis pour les pousser des falaises . Au bout de 10 minutes je quitte les lieux sans avoir revu les rapaces.

Les lacs se succèdent et les touristes sont nombreux. beaucoup plus qu’au Vignemale.

Le réservoir des laquets, le lac de gréziolles et bientôt on aperçois le refuge qui ressemble à un petit chalet suspendu.


Relive ‘Montée au refuge du campana de cloutou’


Le lac à côté du refuge porte le même nom (lac de campana). Je décide après une pause de voir plus haut et repérer un lieu pour bivouaquer. Je trouve un lieu sympa au niveau d’un petit étang et décide de faire trempette à 2400m.

Etang sous la hourquette de caderolles avec baignade dans la partie droite

Je redescend finalement ensuite au refuge de campana de cloutou après avoir été jeté un oeil au lac d’à côté (lac Arrédoun). Je demande au gardien et par chance il a de la place pour manger.

Le repas est pris sur une tablée de sept avec un couple de bretons et leurs trois enfants et un espagnol parlant français couramment qui est venu se rajouter en mode ‘solo’ comme moi. Une soupe de lentilles corail, un axoa de bœuf avec des pâtes, un bout de fromage et du pain maison puis une tranche de gâteau maison. Me voilà prêt à affronter ma nuit.

Mais en remontant, je vois des silhouettes sur le promontoire que j’avais repéré, je me rabats sur un petit coin herbeux au bord du chemin. J’ai pas envie de monter encore 200m de dénivelé pour me taper des espagnols à côté de moi.

La nuit …et les nuages d’altitudes et cette p…. de lune qui fait qu’on y voit comme en plein jour. Ajouter à cela le gorilla pod qui ne doit pas valoir un vrai trépied…et vous comprendrez que je suis déçu du résultat….

Le lever du soleil est plus sympa avec des couleurs chatoyantes, aucune humidité matinale, je range rapidement mon bazar et repart au refuge prendre un bol de café et entamer la descente.

La descente est plus agréable que la montée car il fait bon et on est à l’ombre. J’en profite pour sortir la gopro et filmer les lacs et faire des photos avec une lumière plus sympa que la veille.

Plus aucun vautour … ma descente sera ponctuée des « bonjours  » aux gens qui montent , parfois en spartiates, parfois avec grande difficulté. la vue du pic signe l’arrivée au parking. un coup d’oeil à la fia ferrata des vertiges de l’adour et sa jolie cascade et cette virée se termine.

0 commentaire
0

You may also like